Ramadan, le jour et la Nuit

Ramadan, le jour et la Nuit?

Nous l'avons souligné hier, l'affaire Tariq Ramadan agite les réseaux sociaux... Mais d'autres révélations s'enchainent avec cette fois des "preuves" ( mais, enregistrement etc. Au point de faire ressortir une double personnalité ? Islamologue le jour, prédateur la nuit ? Il semble que ça se précise et ça se complique pour Tariq Ramadan.

Petit Rappel du témoignage en Islam avec la sourate La lumière :
Sourate AN NOOR "V4. Et ceux qui lancent des accusations contre des femmes chastes sans produire par la suite quatre témoins, fouettez-les de quatre-vingts coups de fouet, et n'acceptez plus jamais leur témoignage. Et ceux-là sont les pervers,

6. Et quant à ceux qui lancent des accusations contre leurs propres épouses, sans avoir d'autres témoins qu'eux-mêmes, le témoignage de l'un d'eux doit être une quadruple attestation par Allah qu'il est du nombre des véridiques,

7. et la cinquième [attestation] est «que la malédiction d'Allah tombe sur lui s'il est du nombre des menteurs».

Au début des années 1990, Tariq Ramadan n'a pas encore d'engagement religieux. Il anime à Genève une petite ONG baptisée Coopération coup de main. L'un de ses camarades se souvient que, déjà à cette époque, Tariq Ramadan « provoquait des réactions épidermiques » : « Je ne sais pas pourquoi, mais il a toujours indisposé un certain nombre de gens. Est-ce à cause de sa suffisance, de son intime conviction de détenir la vérité ? » Presque 30 ans plus tard, rien n'a vraiment changé. Alors qu'il est adulé par des dizaines de milliers de jeunes, beaucoup d'autres lui vouent une haine inextinguible. Et les deux camps s'expriment bruyamment sur les réseaux sociaux.
Vendredi, Henda Ayari, une ancienne salafiste devenue militante féministe et laïque, dépose une plainte contre l'islamologue pour « viol, agressions sexuelles, violences volontaires, harcèlement, intimidation ». Les faits remonteraient au printemps 2012. L'enquête s'annonce longue et complexe. Dès le lendemain, l'avocat pénaliste Yassine Bouzrou annonce qu'une plainte pour dénonciation calomnieuse sera déposée lundi auprès du procureur de la République de Rouen, et que le théologien suisse oppose « un démenti formel à ces allégations ».

Deux camps

Presque immédiatement, le fait que Yassine Bouzrou défende « Tariq Ramadan à la suite de l'accusation de viol de la part de Henda Ayari » apparaît sur la page Wikipédia de l'avocat… Très vite, les réseaux sociaux s'enflamment, les positions des pro et des anti-Ramadan apparaissent incroyablement tranchées. Pour les admirateurs de l'islamologue, qui s'expriment sur le site Oumma.com, « c'est complètement impossible et ça pue le coup monté », dit l'un. « Pour moi, c'est impossible, je ne le crois pas une seule seconde. » Un autre déclare : « Évidemment, cette femme est une menteuse, une manipulatrice. »
Chez les détracteurs de Tariq Ramadan, on ne fait pas non plus dans la dentelle : « Je lui ai toujours trouvé une tête de pervers. Maintenant, il a une tête de cochon. » Ou encore : « Pas de moratoire, on le lapide. » Dans un commentaire posté sous l'article du Point consacré à l'affaire, un internaute estime que Henda Ayari « ne doit pas être la seule » et ajoute : « Il était temps que ce personnage sulfureux et connu comme tel par les observateurs lucides (P. Bruckner et quelques autres…) soit traité comme il se doit : un manipulateur XXL. »
Enregistrements compromettants

Le 20 octobre au soir, sur sa page Facebook, une jeune femme a partagé un article du quotidien suisse 24 Heures titré « Tariq Ramadan visé par une plainte pour viol » et a écrit : « A tous ceux qui n'ont pas répondu aux appels au secours durant toutes ces années, je vous laisse gérer votre conscience ! » Depuis près de trente ans, l'auteur de L'Islam et le Réveil arabe est accusé publiquement de double langage. Plus discrètement, sur les réseaux sociaux, un nombre sans cesse croissant de femmes, pour la plupart musulmanes, mettent en cause la vie privée de l'islamologue. Des griefs très souvent anonymes.
La plupart de ces jeunes femmes reconnaissent qu'elles sont d'abord tombées sous son charme. N'est-il pas considéré comme un homme très pieux, très érudit, voire un savant ? Toutes racontent plus ou moins la même histoire. Tariq Ramadan, marié et père de quatre enfants, leur jurerait qu'il vient de divorcer. Il les demanderait en mariage. Le prédicateur deviendrait ensuite odieux, puis particulièrement violent. Il les frapperait, les menacerait. Majda Laroussi, se présentant comme une ancienne maîtresse de Ramadan, avait parlé à visage découvert au Point, apportant des mails et des enregistrements très compromettants pour le petit-fils d'Hassan el-Banna, le fondateur des Frères musulmans.
Réputation

« Je ne l'ai jamais vu prier une seule fois en privé. Manger hallal ? Hallal ou pas, ce n'est qu'un détail, répète-t-il. Ramadan passe le plus clair de son temps à draguer, à piéger ses proies à coups de promesses et de mensonges envoyés par mail ou par SMS », affirmait cette Bruxelloise d'origine marocaine. Dans un ouvrage paru en octobre, intitulé Le Double Discours. Tariq Ramadan le jour, Tariq Ramadan la nuit (1), Lucia Canovi, une Française convertie, consacre plusieurs chapitres aux supposées turpitudes du prédicateur. Mais aucune n'avait jusqu'à présent déposé une plainte contre le professeur d'études islamiques contemporaines à l'université d'Oxford.
Dans les années 1990 et au début des années 2000, la presse suisse ne cachait pas la réputation de Tariq Ramadan. « Son charme rend les filles baba », écrivait le magazine suisse L'Hebdo en 1998. Mais être dragueur n'est pas répréhensible. Tout juste peut-on lui reprocher de défendre dans ses conférences une morale nettement plus rigoureuse que celle qu'il s'applique. Dans Les Grands Péchés, par exemple, Tariq Ramadan conseille aux musulmans d'éviter les piscines mixtes afin de ne pas avoir à lorgner les femmes en bikini…
Insultes et menaces

Ces femmes qui accusent le prédicateur évoquent également des insultes et des menaces. De la même façon, tous ceux qui entrent en conflit avec le prédicateur peuvent témoigner de ses méthodes peu orthodoxes, pour ne pas dire musclées. Pour avoir refusé de cautionner la thèse universitaire hagiographique que Tariq Ramadan voulait consacrer à son grand-père Hassan el-Banna, fondateur des Frères musulmans, Ali Merad, professeur émérite à l'université de la Sorbonne, a été menacé d'une plainte s'il n'obtenait pas son doctorat ! « J'ai été directeur de thèse pendant près de quarante ans. Je n'ai jamais vu un étudiant se conduire de la sorte », déplorait Ali Merad (2). En 2009, l'ancien ministre socialiste Jean Glavany a été harcelé par une meute d'admiratrices de Tariq Ramadan pour avoir simplement émis un avis critique sur leur idole.

Faites vivre cet article, partagez-le à vos connaissances !

Inscris-toi à la newsletter

Les commentaires