MOHAMED ALI, L’ICONE DE TOUTE UNE COMMUNAUTÉ

MOHAMED ALI, L’ICONE DE TOUTE UNE COMMUNAUTÉ

Cassius Clay est plus connu sous le nom de Mohamed Ali. Ce champion de boxe américain converti à l’Islam est une légende dans son domaine.

Il grandit et fait ses débuts de boxeur à Louisville dans le Kentucky. C’est à l’âge de 22 ans que le futur champion décide de se convertir et d’intégrer « Nation of Islam » aux côtés de Malcolm X. Il changera alors de nom pour Mohamed X en hommage à son héros puis en Mohamed Ali. Il devient ainsi l’icône de toute une communauté.

En 1964 il remporte le championnat des poids lourds mais c’est trois ans après qu’il subi les critiques en refusant de s’enrôler dans l’armée américaine, rejetant la guerre du Vietnam. Cette décision coûtera cher au champion, il n’est pas emprisonné mais est reconnu coupable de fraude, infraction qui le dépossèdera de son titre mondial et de sa licence. Ce n’est qu’au bout de quatre ans qu’il sera entendu par la cours suprême américaine en appel.

Ali est alors surnommé « the Greatest » ou « Le Grand » en devenant triple champion du monde de poids lourds, une grande première. Bon nombre de ses combats sont entrés dans l’histoire comme celui contre Joe Frazier ou George Foreman. Grâce à son talent et à sa personnalité, il devient peu à peu une légende dans le monde entier et restera à jamais l’un des plus grands boxeurs de l’histoire. En 1999 il est élu « sportif du siècle » et « Personnalité sportive du siècle » par la BBC. Sa personnalité provocatrice et son destin hors du commun ne font qu’accroître sa notoriété au fil des ans. Atteint de la maladie de Parkinson, il recevra même le Prix de la Paix à Berlin en 2005 par l’Organisation des Nations Unies « pour son engagement en faveur du mouvement américain contre la ségrégation et pour l'émancipation culturelle des noirs à l'échelle mondiale ».

.

Le boxeur se sert de son statut et de ses nombreuses interviews pour promouvoir l’Islam et ses bienfaits. Il refuse même son étoile sur Hollywood Boulevard en précisant « Je porte le nom de mon prophète, je ne souhaite pas que l’on marche dessus ». En 1989 il raconte son expérience marquante sur le mont Arafat : « J’ai eu beaucoup de grands moments dans ma vie. Mais les sensations que j’ai éprouvées tandis que j’étais sur Le mont Arafat, le jour du Hadj, étaient les plus forts de ma vie. Je me suis senti exalté par l’atmosphère spirituelle indescriptible qui y régnait […] C’était une expérience poignante que de voir des gens appartenant à des couleurs, races et nationalités différentes, rois, hommes d’états et hommes ordinaires de pays très pauvres, tous enveloppés de deux draps blancs simples, le même pour tous, priant Dieu. Priant Dieu sans aucun complexe de supériorité ou d’infériorité entre eux. C’était une des manifestations pratiques et concrètes du concept d’égalité de l’homme en Islam.»

Lors d’une émission télévisée, un petit garçon lui demande alors ce qu’il compte faire après la boxe. Sa réponse est alors magnifique et à découvrir ci-dessous :

Faites vivre cet article, partagez-le à vos connaissances !

Inscris-toi à la newsletter

Sarah AkrimRédactrice

J'ai 28 ans et je suis redactrice freelance à Marseille. J'ai une licence en histoire et un master 2 en marketing. Vous pouvez m'écrire à sarah@hayet.com

Les commentaires