Religion, les jeunes ont moins de préjugés

Religion, les jeunes ont moins de préjugés

Une étude menée par l'association Coexister auprès de 2000 collégiens et lycéens relève que les jeunes associent des mots-clés plutôt bienveillants aux trois religions monothéistes, et à l'athéisme.

Quels sont les trois mots que vous associez au judaïsme, au christianisme, à l'islam et à l'athéisme? La question a été posée à près de 2000 collégiens et lycéens par Coexister, une association qui oeuvre pour la «coexistence active» entre les religions. Les résultats, rendus publics ce lundi, n'ont pas de valeur scientifique. Ils sont le fruit de réponses collectées ces deux dernières années par l'association lors d'ateliers consacrés à la «déconstruction des préjugés» sur les religions dans des établissements scolaires à la fois publics et privés. Les élèves avaient une minute pour écrire ces trois mots qui leur venaient spontanément à l'esprit en rapport avec les trois religions monothéistes, mais aussi avec l'athéisme. Ils devaient au préalable entourer quelles étaient la religion ou la doctrine dont ils se sentaient le plus proche.
«Il ne faut pas faire preuve d'angélisme»

Résultats: pour parler de sa propre religion ou de celle des autres, les termes les plus utilisés sont plutôt neutres. En effet, les mots les plus utilisés par les jeunes pour décrire la religion ou doctrine qui n'est pas la leur sont «kippa» pour le judaïsme, «Eglise» pour le christianisme, «mosquée» pour l'islam et «sans Dieu» pour l'athéisme. «C'est la première surprise de notre étude», note le fondateur de l'association, Samuel Grzybowski. «Parmi les dix premiers mots les plus utilisés pour chaque catégorie, aucun n'est négatif ou violent.» Mais certains préjugés sont encore bien présents. Concernant le judaïsme, les mots «radins» et «banquiers» arrivent respectivement en 15e et 23e position. «Il faut rester vigilant, ne pas faire preuve d'angélisme», note Samuel Grzybowski. «3% d'élèves qui associent le judaïsme au mot ‘radin', c'est déjà trop.»

Dans le détail, l'islam est donc associé aux termes «mosquée» (51,7% des réponses), «voile» (33,9%), «Coran» (22,7%), «Ramadan» (20,3%), «Dieu», «Mahomet», «la Mèque» ou «sans Porc». Ce qui permet à Grzybowski de relever un autre élément qu'il juge significatif: «sur la question du voile, il existe une vraie différence et perception chez les jeunes, entre ceux qui s'identifient à l'islam et les autres. Le terme ‘voile' arrive en neuvième position dans le premier groupe, et en deuxième position chez les autres.» L'association note cependant une évolution dans les termes que les personnes extérieures à l'islam associent à cette religion. «'Dieu' et ‘Mahommet' arrivent en sixième et septième position, ce qui est assez nouveau», explique Samuel Grzybowski. «Aujourd'hui, l'islam n'est plus seulement associée à des signes extérieurs visibles, mais aussi à un acte de foi.» En revanche, les mots «terroriste», «attentat» et «burqa» sont cités en 16e, 17e et 18e position.

Par ceux qui ne se considèrent pas comme chrétiens, le christianisme, enfin, est décrit avec les termes «Eglise», Jésus-Christ», «Dieu», «Croix», «Bible», «messe», «prêtres», «prières», «baptême» et «pape». Fait notable, les trois premiers mots péjoratifs arrivent en 29e, 30e et 31e positions: ce sont les termes «coincés», «vieux» et «mensonges».

Faites vivre cet article, partagez-le à vos connaissances !

Inscris-toi à la newsletter

Les commentaires